Les Nouvelles et la Vie de l’association en 2020

ACCUEIL    L’ASSOCIATION    LE PROJET    SPIRULINE    LE NIGER    TEMOIGNAGES    NOS PARTENAIRES    ALBUMS        AGENDA      LIENS

Mars : Retour d’Agadez 2020,


Les années se suivent et ne se ressemblent  pas… cette année je suis partie toute seule pour ma mission à Agadez. L’accueil a été toujours aussi chaleureux.

Le lendemain de mon arrivée le 15 janvier, petite incursion au marché tôle et je suis vite rentrée dans le bain. Puis, très rapidement J’ai passé les commandes chez Koumama le forgeron, chez les couturières à l’atelier Amanay pour que tout l’artisanat soit prêt début Mars. Très rapidement je visite la ferme pour faire un petit bilan, l’état des lieux et la spiruline qui hiberne encore à cette époque de l’année avec l’hiver qui dure.

Les semaines passent vite entre les visites des uns et des autres, suivre l’avancement de l’artisanat ainsi que les audiences chez le Sultan, le Maire etc. etc.  Bel après-midi passé avec les enfants parrainés au programme chants, goûter et bonnes rigolades chacun est reparti avec un cahier et un stylo pour écrire une lettre à leur marraine.

Avec Amou nous préparons la spiruline sous toutes ses formes  pour notre stand à la 1er Foire de l’artisanat à l’Alliance Française sur une durée de deux jours les 22 et 23 Février. Ce fut de belles festivités entre les danses, la musique, les parades, les youyous des femmes, les prix donnés aux meilleurs forgerons, le tout sous un beau soleil avec un vent de poussière. Encore de belles expériences vécues dans mon pays d’adoption, loin du tumulte de la France, bien loin des informations … juste un peu suivies du coin de l’oreille… Très dur le retour, le coronavirus, la pandémie et le confinement.

Depuis mon retour le 10 Mars, on prend de mes nouvelles tous les jours depuis Agadez, et moi d’ici j’espère que le virus ne les contaminera pas. La psychose s’installe, il y a la sensibilisation, mais un peu dispersé en Afrique, les pratiques et les traditions ont la vie dure et c’est difficile de changer les comportements et il y aura sûrement des tragédies avant que les consciences réagissent, Inch Allah.


« Etre libre ne signifie pas faire ce que l’on veut, mais être qui on est. »


Solidairement

Esther.                                          (voir également dans l’album)

Août : Bilan intermédiaire et effet COVID


Alors que notre Présidente séjournait pour quelques semaines à Agadez afin de constater les évolutions de notre projet, une rumeur venue de la Chine commençait à enfler.

Pendant que Esther passait commande auprès des artisans et forgerons (bijoutiers), un virus méconnu a fait la moitié du tour du monde pour arriver en Italie.

Au moment où le voyage retour se préparait, le même virus à fait un bond au-dessus des Alpes pour se disperser près de Mulhouse.

Un nouveau nom est alors apparu dans notre vocabulaire: cluster ! Immédiatement suivi de deux autres termes: confinement et distanciation sociale.


Et brusquement il nous a semblé rentrer dans un monde parallèle. Les rues se sont vidées, le silence a fait place au brouhaha, l’accès aux premières nécessités se faisaient au travers d’interminables files d’attente.

D’abord presque amusés par cette situation, l’étonnement s’est très vite transformé en angoisse.

Evidemment, ne pouvoir plus regarder qu’à un kilomètre de sa résidence était plus supportable par les heureux propriétaires d’une maison avec jardin que par les résidents d’un appartement.


Après près de 5 mois de confinement, de déconfinement partiel, de limitation des déplacements, le constat est amer. La situation sanitaire est toujours très tendue. Les vacances tant attendues ne sont pas synonymes de décontraction, le danger rode dans tous les endroits de regroupent de personnes.

Mais être restreint dans nos libertés individuelles n’est peut-être pas la pire chose qui puisse nous arriver. Après avoir peut-être perdu un  être cher, la perte de son emploi plane. Force est de constater que certaines boutiques n’existent plus, que certains restaurants ont toujours le volet baissé, que certaines professions sont directement ou indirectement touchées par le COVID.


Si le monde professionnel est très impacté, il en va de même pour le monde associatif !

Beaucoup d’associations tirent la majeure partie de leurs revenus des événements qu’ils organisent au fil de l’année. Le confinement et les regroupements limités mettent à mal les rentrées d’argent et porte péril à la pérennité des associations.


Mémoires de Femmes n’échappe pas à cette règle. Aucun évènement n’a pu être organisé depuis ce funeste mois de mars.

L’Assemblé Générale n’a pas pu être tenue. Initialement reportée, elle ne va finalement probablement pas avoir lieu cette année. Celle de 2021, nous l’espérons, fera la synthèse de 2 années. Ce n’est pas conforme à nos  statuts, mais il a bien fallu s’adapter.

Bien évidemment aucun concert n’a pu être organisé, la participation à la traditionnelle brocante de Menchhoffen a été compromise.

La mort dans l’âme, ne sachant comment garantir la sécurité des participants dans un contexte sanitaire évoluant tous les jours, nous avons également décidé de ne pas organiser notre Marche Crépusculaire en septembre.


Fort heureusement notre association est entièrement basée sur le bénévolat. Nos charges fixes sont réduites au stricte minimum (site internet, assurance,…). L’existence de l’association n’est pas en danger.

Mais évidemment, les projets à Agadez ont été revus à la baisse. La vente de la spiruline ne couvre toujours pas encore tous les frais. Les travaux du puits que nous avons commencé à creuser doivent continuer pour éviter l’effondrement. Il faudra faire quelques réparations à la ferme suite au passage de termites plutôt gloutonnes.

Dans l’immédiat une gestion raisonnée de notre trésorerie permet d’être serein pendant quelques temps.


Et nous avons un atout, une chance incroyable. C’est de vous avoir comme membres bienfaiteurs !

Depuis maintenant 9 ans, vous nous soutenez de façon indéfectible en achetant une carte de membre.

De ce coté, rien n’a changé: 10€ au minimum. Le maximum est laissé à votre entière discrétion. Et nous continuons à délivrer une attestation fiscale à partir de 30€ vous permettant de déduire 66% du montant à vos impôts sur le revenu.


Alors si vous pouvez, merci de nous soutenir.

Portez-vous bien.

Juillet: Portes ouvertes


Par ces temps où le COVID bouscule nos habitudes, réduit nos relations sociales, nos Présidentes et Vice-Présidente ont cherché un moyen de vous présenter l’artisanat et les bijoux rapportés de la tournée d’inspection de début d’année.

Alors pourquoi pas une porte ouverte dans un beau jardin afin d’éviter d’être confiné dans un endroit fermé ?

C’est chose faite. En voilà un résumé en texte et images.

Temps idéal ce Samedi 25 Juillet pour notre petite expo-vente d’artisanat du Niger.

Depuis mon retour le 11 Mars, tout a été étiqueté, lavé… prêt pour être exposé.

Il y a eu le confinement, plus aucune manifestation, avec Françoise nous avons décidé de présenter dans mon jardin et mon garage les bijoux, les marques page, les ouvres lettres, les pochettes, les nappes, les étuis à lunettes, les totes bags, les pagnes aux couleurs africaines chatoyantes réalisés à l’atelier de couture Amanay à Agadez, des vanneries des femmes d’Azel et les sacs eu cuir.

De 15h à 18h 30, allées et venues de nos acheteurs toujours dans le respect des mesures de distanciation. Après avoir fait leur choix, le verre de l’amitié a été offert: bissap, jus de pommes, café, thé et gâteaux maison.

Très bel après-midi ! Merci encore à toutes et à tous pour votre soutien infaillible à Mémoires de Femmes.

Solidairement.

Esther et Françoise

Octobre: Brocante à Menchhoffen


Quelle drôle d’époque !

Dans la mémoires collective, l’année 2020 restera gravée dans les anales. La COVID-19 n’aura épargné personne. Et même si la gravité et l’impact n’est pas comparable avec les entreprises, les associations sont également touchées, tant dans leur fonctionnement que dans leur trésorerie.

Impossible d’organiser notre traditionnelle Marche Nocturne, impossible d’organiser des concerts, impossible de participer au marché aux puces de Menchhoffen.

Françoise et surtout Bernard collectent des objets toute l’année et attentent avec impatience cette brocante pour organiser la vente au profit d’une association.

Ces dernières années, Mémoires de Femmes en était le grand bénéficiaire.

L’annulation de la brocante était un vrai crève-coeur pour Bernard, aussi lorsque nous lui avons suggéré de faire un vide grenier, il a été immédiatement subjugué par l’idée.

Le vendredi, les bénévoles et amis de l’association se sont affairés à présenter les nombreux articles dans la grange et dans la cour, sous les tonnelles prêtées par la mairie.

La semaine précédent la brocante, nous guettions avec anxiété les prévisions météorologiques, la météo étant un important facteur de réussite.

Sans être exceptionnelle, elle a permis un bon déroulement de l’événement. Les quelques rares averses, entrecoupées de belles périodes d’ensoleillement n’ont pas perturbé les acheteurs potentiels.

Et c’est dans le strict respect des règles sanitaires (port du masque, gel à l’entrée, sens de circulation)  que les visiteurs ont pu chiner tout le samedi et dimanche.

Comme toujours, en parfaite hôte, Françoise avait concocté d’excellent déjeuners pris dans la bonne humeur.

En fin de dimanche après-midi, toute la fine équipe a rangé les invendus sous la directive de Françoise, afin que tout soit prêt… pour une prochaine brocante.


Plus de photos


Dans la presse

Octobre: des nouvelles de la ferme à Agades


Comme vous le savez notre ferme a été construite et est opérationnelle.

Bien entendu, il faut faire de l’entretien régulier. Les pluies, quand il y en a, sont souvent fortes sur une courte période et cela endommage le matériel. Mais les ouvriers sur place savent faire.

Notre soucis principal était que durant la saison d’hiver les températures (surtout de nuit) ne sont pas assez élevées pour permettre la reproduction de la spiruline.

Pour palier à ce manque de production, un terrain nous a été mis à disposition afin de faire la culture du moringa, de l’artémisia et de légumes.

Pour cette culture, il faut de l’eau. C’est pourquoi, le comité a décidé de financer la construction d’un puits de 50m.

Au final, il faudra encore une pompe solaire. L’association est entrain de chercher le financement. Quelques dossiers sont encours.


Un article de Humanis traite le sujet. Vous le trouverez dans notre page Revue de Presse et également ici:  HumanisTexte.JPG.

Photos du terrain et du puits: ICI

Novembre: Une Bonne Nouvelle concernant le financement d’une pompe solaire


Par ces temps ou l’automne s’est définitivement installé et où le confinement est à nouveau la règle, l’annonce d’une bonne nouvelle est un peu comme une lumière qui vient de s’allumer.

Dans d’autres lignes, sur ce site, nous vous expliquions que pour palier au manque de spiruline (nuits froides en hivers, trop chaud pendant la période de soudure), nous avons décidé de mettre en place un jardin pour la culture de la morninga, de l’artémisia et de légumes. Le jardin nous ayant été mis à disposition, il fallait encore trouver l’eau. Pour ce faire nous avons entamé le creusement d’un puits de 50m.

Ne restait plus que le problème du puisement de l’eau. La solution la plus adaptée étant une pompe à alimentation solaire.

Restait à trouver le financement !

Suite à un article écrit par notre Présidente sur le site du collectif Humanis (https://www.humanis.org/wp-content/uploads/documents/journaux/journal%20115%20WEB.pdf ) nous avons été contacté par Monsieur Schalk de l’association « A l’Eau Gemeau » (https://www.aleaugemeau.com/) dont le leitmotiv est l’accès à l’eau pour tous.

A partir de ce moment, tout s’est enchainé très vite !

Le premier contact a été établi le 7 octobre. Après quelques échanges pour expliquer et justifier notre projet, nous avons reçu un message nous indiquant que les membres du bureau d’Aleaugemeau Solidarité se sont réunis (par visio) pour décider de nous octroyer une aide de 2000€. Virement effectué le 21 octobre.

La preuve que la Solidarité existe et que le monde associatif a une réactivité que le monde des entreprises ne peut que nous envier !

UN GRAND MERCI à cette association. N’hésitez pas à visiter leur site.

Notre correspondant au Niger (Amou) a été immédiatement mandater pour l’achat du matériel.

Il ne nous restera plus qu’à mettre en place et envoyer des photos de ce beau projet à Aleaugemeau.

Une bonne nouvelle ! non ?

Novembre: Par ici la bonne soupe !


Confinement, premiers frimas, sorties autorisées pour les courses de premières nécessités et Solidarité.

Tous les ingrédients nécessaires à la vente d’une soupe solidaire sur le marché du terroir d’ingwiller sont présents.

Encore une réussite ? Jugez par vous-même en lisant le mini-reportage ci-après.


«Jeudi matin Gerda, Christiane et Esther, une équipe de choc ont épluché les poireaux, les courgettes, les carottes, le céleri, les oignons etc. pendant qu’Alain découpe les potimarrons. Nous avons demandé à la Mairie deux stérilisateurs, avec le notre nous pouvions être rassuré sur la quantité à cuisiner: environ 65 litres. Mais déjà les commandes arrivent, et cela continue vendredi soir 55 litres au compteur. Vendredi matin tout est cuisiné et assaisonné, la soupe est mise en pots qui sont étiquetés. Esther livre aux personnes ne pouvant se déplacer et à retirer à la boulangerie Gross. Samedi matin 7h30, nous nous installons au Marché du Terroir, tous les pots non réservés sont très vite vendus, les clients fidèles et ceux qui n’ont pas eu de soupe, nous réservent déjà 40 litres  pour le 12 Décembre. Il faudra en faire plus... A 10h nous avons remballé nos caisses vides. Ce fût trois jours intenses, avec le confinement malgré le masque nous avons vu le sourire dans les yeux les gens, nous avons réchauffé leur cœur. Merci à tous, et surtout à Eddy qui nous a gracieusement fourni les légumes et Charles les potimarrons.»


Vous l’aurez compris. Rendez-vous est déjà donné pour le 12 décembre, même lieu !

En image (sans dévoiler la recette). Des produits frais, sans additif, sauf la bonne humeur, et dans le respect des gestes sanitaires

Décembre: Une soupe pour la bonne cause !


Jeudi après-midi Gerda, Christiane et Esther, (on ne change pas une équipe qui gagne) ont épluché les légumes fournis gracieusement par Eddy pendant qu’Alain découpe les potimarrons offerts par Charles. La Marie nous a fourni deux stérilisateurs, avec le notre nous devons dépasser la quantité de 65 litres du 14/11 car nous avons déjà 40 de commandées. Vendredi matin tout est cuisiné et assaisonné, la soupe est mise en pots nous arrivons à 93 pots qui sont étiquetés. Le téléphone sonne encore une commande, nous avons déjà vendredi soir 87 réservations !!!!!. Esther livre aux personnes ne pouvant se déplacer et les pots à retirer à la boulangerie Gross. Il nous faudra bientôt une camionnette. Samedi matin 7h30, nous nous installons au Marché du Terroir, tous les pots non réservés sont très vite vendus, nous refusons des commandes, les clients fidèles cherchent les leurs, on nous pose une question à quand la prochaine ???? Désolé !!! Nous n’en faisons plus cette année. Les derniers clients arrivent et à 10h30 nous remballons. Ce fût trois jours sous pression, avec le confinement malgré le masque nous avons vu le sourire dans les yeux les gens, nous avons réchauffé leur cœur. Merci à tous pour votre soutien et à l’Année Prochaine en 2021.

Décembre: Artisanat, du Niger au Népal


En cette année 2020 avec le confinement pas de marche solidaire, pas d’expositions, pas de Marchés de Noël à Illkirch et à Strasbourg, les caisses des Associations sont vides. La Marie d’Ingwiller nous a contacté ainsi que Djulé-Djulé une Asso qui œuvre au Ladak au Népal de faire une vente d’artisanat du Niger pour une animation au Marché du Terroir la 19 Décembre. La Mairie nous a préparé un stand avec des tables, sous la Halle malheureusement un peu à l’écart des acheteurs qui venaient faire leur marché. Cependant certains ce sont attardés, cela nous a permis de ce faire connaitre par un autre public et réaliser une petite vente malgré tout.