La Spiruline

      au Service de l’Enfance !

Le mot de la Présidente.


Retour d’Agadez,

Après un voyage plein d’imprévus, accident d’escalator à Paris, avion raté ainsi que la correspondance de Niamey à Agadez.

Repos forcé au « Château Feltou » vu nos multiples contusions. Après plusieurs jours, enfin visite de la ferme, la spiruline hiberne encore l’eau est à 5° la nuit et n’atteint pas les 15° le jour.  Il faut attendre que la saison froide se termine, si la chaleur monte on peut récolter début Mars.

Puis commande de pochettes chez Asso.  Amanay, Koumama le forgeron pour nos commandes. Cette année une nouveauté, mon amie Lise (créatrice de bijoux Gabilise) m’a proposé des bijoux en argent réalisés par ses forgerons.

Vivre dans un pays comme le Niger et à Agadez la porte du désert n’est pas facile. Cultiver la spiruline est un défit vu les conditions climatiques, avec ses fréquentes coupures d’eau et d’électricité. Il faut y avoir séjourné à plusieurs reprises pour comprendre. Le vent fort qui peut durer des jours voir des semaines avec la poussière qui t’empêche de voir à cinq mètres.

J’ai la chance d’y séjourner de mi-janvier à début mars où les marchés regorgent de légumes, de salades et que j’ai les moyens d’en acheter. Un grand nombre de la population se nourrit de bouillie de mil et parfois qu’une seule fois par jour. Puis vient la période de soudure, il fait très chaud 40° à 50° et plus de légumes ni de salades, des oignons et des tomates séchées pour faire la sauce avec des pâtes ou du riz, parfois un petit bout de viande pour donner du goût et le bouillon Maggi. Vient la période de pluie s’il pleut… les pluies peuvent être torrentielles, elles emportent tout sur leur passage, des maisons en banco détruites, des animaux noyés et parfois même des vies humaines. Et si une saison il ne pleut pas c’est la désolation puisque pas de culture, de mil, de blé, de sorgo, pas de pâturages pour les animaux pas de fourrage. Pendant la saison des pluies il y a beaucoup de moustiques et le paludisme sévit.

Vu les nombreuses coupures de courant, Amou a contacté à Niamey une société française SINES pour des batteries de bonnes qualités. Quatre jours avant mon retour, une équipe dynamique, bien formée a profité de leur passage pour le suivit une électrification solaire à Atri un village de brousse à 30 km d’Agadez pour installer les quatre  batteries à la ferme.

Depuis ce jour la ferme est autonome en électricité et suite aux nombreuses coupures d’eau Amou a acheté une citerne de 1000 litres pour ne pas être en rupture.

Un bilan sérieux de la ferme a été fait et sera à l’ordre du jour lors de l’assemblée générale.

Solidairement

Esther et Françoise

BONNE ARRIVEE**

SUR LE SITE

DE MEMOIRES DE FEMMES

** mot de bienvenue chez les Touaregs

DES ACTIVITÉSAgenda.html

ACCUEIL    L’ASSOCIATION    LE PROJET    SPIRULINE    LE NIGER    TEMOIGNAGES    NOS PARTENAIRES    ALBUMS        AGENDA      LIENS

Autour de la même
ThématiqueLiens.htmlLiens.htmlLiens.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1

"Quand on cesse de partager, on commence à mourir" 

                                         Eleanor Roosevelt

Suivre les avancées du projet:

  1. -avec quelques explications

  2. -avec de nombreuses photos

Les Dernières Nouvelles

- Balade crépusculaire

- Brocante Menchhoffen

- Assemblée Générale

Prochaine activité :

Vente de soupe

au marché du terroir d’Ingwiller

samedi 16/11/2019